Sujets

Durant ces cinq dernières années, l’Europe a été le témoin d’une augmentation sans précédents du chômage chez les jeunes, à un tel point que certains parlent de « génération perdue ». Les jeunes font partie des groupes les plus touchés par la crise. De plus, même lorsqu’ils travaillent, ils sont souvent confrontés à de mauvaises conditions de travail, des contrats précaires et  à de l’exploitation. Il y a 94 millions de jeunes (âgés de 15 à 29 ans), y compris un grand nombre de jeunes sans emploi ni en formation.

 

Le groupe d’analyse de l’agence “À vous d’agir” a examiné les propositions des partis politiques européens contre le chômage des jeunes et plus spécifiquement les six sujets suivants, en lien avec l’emploi des jeunes. Basé sur cette analyse, ils ont évalué chaque parti sur ces questions grâce à un système de feux tricolores (rouge, orange et vert), pour le degré de priorité donné à ces sujets (le premier feu tricolore) et le degré des détails dans leurs propositions (second feu tricolore).

L’éducation est l’élément déterminant pour trouver un emploi correspondant à ses aspirations et ses qualifications, mais elle est trop souvent déconnectée du marché du travail.  L’Agence A vous d’Agir a passé à la loupe quatre questions se rapportant à l’éducation : l’accès et la qualité de l’enseignement supérieur, l’adaptation à un marché du travail de plus en plus numérisé (à travers la programmation, les réseaux sociaux…), la facilitation de l’entrepreneuriat pour les jeunes, les équivalences de diplômes dans les pays membres l’Union européenne. L’Agence A vous d’Agir a recherché des propositions concrètes concernant ces questions, et a évalué les positions des  partis européens sur ces thèmes.

Stages et apprentissages sont un moyen d’entrer sur le marché du travail, une première occasion de mettre en pratique ce qui a été appris pendant la scolarité et d’acquérir une expérience professionnelle. Mais les stagiaires et les apprentis sont aussi souvent utilisés comme une main d’œuvre gratuite et bon marché par les entreprises et parfois même de manière abusive pour remplacer le personnel rémunéré. Ainsi, l’Agence Act-Up Agora a examiné la position de chaque parti  sur ce problème.

Les droits des travailleurs sont apparus à l’agence AAA comme un sujet important concernant l’emploi des jeunes dû au fait que de nombreux jeunes doivent travailler dans des conditions précaires pendant des années lorsqu’ils entrent sur le marché du travail. De plus, les divergences entre les États membres en termes de droits des travailleurs sont parfois utilisées dans une course au rabais pour une main d’œuvre moins chère aux dépens des travailleurs. De ce point de vue, nous avons examinés ce que chaque parti propose concernant les salaries minimums, l’assurance santé, les droits familiaux (par exemple le congé de maternité/paternité) et les droits syndicaux.

La mobilité pour les jeunes peut permettre un plus grand accès aux opportunités d’emploi et offre la chance de d’acquérir une expérience dans un environnement de travail étranger ainsi que d’améliorer ses compétences professionnelles et linguistiques. Mais la mobilité peut aussi être forcée. Faisant face à l’impossibilité de trouver un travail dans leur pays, certains décident de partir pour trouver des moyens de chercher à gagner leur vie ailleurs. L’agence AAA a examiné de quelle manière les partis ont concrètement répondu aux défis poses à la fois par les obstacles actuels à la mobilité au sein de l’UE et par la mobilité forcée, notamment pour des raisons économiques et sociales.

Concernant l’étude de la qualité de l’emploi proposé aux jeunes, l’Agence AAA a notamment examiné le type et la durée du contrat, l’adéquation entre les qualifications et l’emploi (car beaucoup de jeunes sont surqualifiés pour le poste qu’ils occupent) l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée et la décence des salaires (suffisamment élevés pour vivre dignement). L’Agence AAA a par conséquence étudié les propositions des partis européens susceptibles d’améliorer les conditions de travail.

La discrimination fondée sur la religion, les croyances, le handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle est en théorie interdite dans le cadre de l’emploi dans l’Union européenne (la Directive CE/2000/78 pose le cadre général pour l’égalité de traitement en matière d’emploi et de travail) L’Agence AAA a analysé les propositions des partis visant à s’attaquer à la discrimination dans le milieu professionnel sur ces bases ainsi qu’à la discrimination fondée sur le genre.