La notation AAA sur le chômage des jeunes

L’Agence A vous d’Agir vise à créer le débat sur les programmes et manifestes des partis pour les élections européennes, à travers une “agence participative de notation des programmes”, que représentera l’assemblée citoyenne présente lors du débat du 22 avril à Lyon. Le but de l’agence triple A, qui joue par son nom sur le sentiment de dépossession des choix politique symbolisé notamment par le pouvoir des agences de notation, est de renverser la tendance selon laquelle les décisions politiques au niveau européen sont considérées comme techniques et l’affaire d’experts pour donner la parole aux citoyens, et en particulier aux jeunes.

L’analyse suivante, effectuée par un groupe de jeunes Européens sur la base des manifestes des partis européens, porte sur le chômage des jeunes et sur différents sous-thèmes liés à cette question. Les partis ont été « pré-évalués » sur chacune de ces questions selon le degré d’importance et de priorité apporté à ces thèmes (premier feu tricolore) et selon le degré de précision des propositions élaborées sur ces thèmes (deuxième feu tricolore).

PARTIS SUJETS Education Stages / Apprentissages Droits des travailleurs Mobilité Qualité de l’emploi Discrimination Les jeunes et l’emploi
Parti Populaire Européen (PPE) 1. PPE
Parti Socialiste Européen (PSE) 2. PSE
Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe (ALDE) 3. ADLE
Verts
Alliance des conservateurs et réformistes européens (AECR)
Parti de la Gauche européenne 6. Gauche européenne
Mouvement pour l’Europe des libertés et de la démocratie (MELD)
Parti Démocratique Européen (PDE)
Alliance libre européenne 9. ALE
European Alliance for Freedom (EAF)
Alliance of European National Movements (AENM)
Mouvement politique chrétien européen (ECPM)
EUDemocrats – Alliance pour une Europe des Démocraties
Parti Fédéraliste Européen 14. PFE

 

ALDE : Le chômage des jeunes est mentionné comme une priorité faisant partie des efforts à fournir contre la récession et le chômage en général. Leurs propositions concernant le chômage des jeunes se concentrent sur l’éducation, les fonds européens structurels directs pour la création d’emplois et les fonds européens directs pour la recherche. L’éducation et l’emploi sont définis comme une priorité sans propositions détaillées. D’un côté, si l’emploi et plus spécifiquement l’emploi des jeunes est une priorité, les droits des travailleurs, la qualité de l’emploi et la discrimination au travail ne sont pas mentionnés dans le manifeste. La mobilité des travailleurs et des étudiants est un sujet-clé pour l’ALDE mais aucune proposition concrète ne développe clairement ces concepts. Finalement, l’ALDE est l’un des rares partis qui mentionne l’apprentissage et qui se concentre sur la reconnaissance mutuelle mais les propositions sont de nouveau très générales.

Le PDE : Le parti démocratique européen se démarque sur ses propositions concernant l’éducation, puisque ce sujet est clairement mentionné dans le manifeste : « La base de cet investissement est l’éducation […]. L’éducation, mêlée à la recherché et au développement, est cruciale pour une Europe prospère et devrait constituer la colonne vertébrale de la réforme de nos modèles de marché social. » Toutefois, aucune proposition claire n’a été détaillée.  De manière similaire, les droits des travailleurs sont abordés mais seulement en termes vagues. La solidarité et la justice sociale sont mentionnées mais sans plus de développements ou sans définition précise de ces termes. Nous ne trouvons aucune mention de l’apprentissage et de la mobilité et les sujets comme la qualité et la discrimination passent au second plan et sont seulement très généraux.

Le Parti de la Gauche européenne : Le Parti de la Gauche Européenne mentionne la lutte contre la précarité et le chômage des jeunes en tant que l’une de leurs priorités principales. Ils se démarquent en termes de lutte contre la discrimination et pour de meilleures conditions de travail. Le PGE a reçu une bonne évaluation de l’Agence A vous d’Agir concernant ses propositions sur les droits des travailleurs et le chômage des jeunes et la lutte contre la discrimination. Les stages et les apprentissages ne sont pas mentionnés dans leur manifeste et la mobilité est seulement abordée en termes de migration et non pas en termes d’emploi. D’autres sujets sont mentionnés comme les droits des travailleurs, les syndicats, les salaires, les inégalités sociales et régionales et l’éducation. Toutefois, peu de propositions concrètes soutiennent ces buts plus généraux.

Le Parti Populaire Européen : Le manifeste du PPE se réfère aux jeunes mais ne mentionne pas le chômage. Le parti prend position pour l’investissement dans l’éducation et prend en considération les changements économiques en promettant d’investir plus dans les nouvelles technologies. Le PPE a récemment défendu une directive qui avait pour but d’améliorer la libre circulation des travailleurs au sein de l’UE. Cependant, le manifeste du parti ne mentionne pas de salaires décents, ni le type de contrats de travail qu’il défend. Il ne mentionne pas non plus la lutte contre la discrimination ou les stages et apprentissages. Il se réfère aux droits des travailleurs mais de façon vague : le PPE revendique seulement la possibilité qu’un Européen travaillant à l’étranger conserve les droits sociaux acquis dans son pays. En tant que stratégie générale pour la lutte contre le chômage des jeunes, le PPE souhaite simplement que les jeunes puissent « à nouveau voir leur avenir avec confiance ».

Les Verts : les Verts ont posé le chômage des jeunes et les différents sujets concernant l’emploi comme deux des priorités de leur programme politique pour les prochaines élections européennes de 2014. Néanmoins, il est apparu à l’agence AAA que ces questions ne sont pas assez développées et que les propositions du parti pour s’y attaquer sont trop vagues et génériques. Par exemple, les Verts prennent une position claire contre les stages injustes et contre le dumping social en plaidant pour l’inclusion d’une clause pour le progrès social dans la loi européenne mais sans plus de développements. Les seules exceptions sont la discrimination et la qualité de l’emploi pour lesquelles des propositions concrètes sont élaborées.

Le Parti Socialiste Européen : L’emploi est l’un des sujets au cœur du manifeste du PSE et il a une place centrale dans son programme. Leurs propositions se concentrent principalement sur le plan de la garantie pour la jeunesse et le PSE appelle une augmentation de son budget et son extension à toutes les personnes en dessous de 30 ans.  Une grande importance est accordée à l’élimination de toute sorte de discrimination au travail. Un salaire décent et des droits sociaux sont également mentionnés même si le manifeste manque de mesures pratiques pour améliorer la situation actuelle. La même observation est à souligner pour l’éducation : même si la priorité de ce sujet est clairement reconnue, le PSE reste vague sur les moyens d’agir dans ce domaine. De plus, aucune mention n’est faite des stages ou des apprentissages. La mobilité n’est pas le thème le plus développé dans le manifeste mais reste une priorité claire.

Le parti fédéraliste européen : Le PFE considère le haut taux de chômage comme un défi sans précédents que les Européens doivent affronter et décrit les jeunes et personnes les plus âgés comme les plus touchés par la crise. En tant que parti transnational, le PFE cherche une réponse européenne au chômage des jeunes. Le PFE insiste particulièrement sur le fait de faciliter la mobilité des travailleurs au sein de l’Union : cela inclut une reconnaissance des diplômes et des expériences professionnelles mais aussi une meilleure coordination entre les systèmes sociaux nationaux. Les droits sociaux sont un sujet important pour le PFE : le parti plaide pour une définition d’un minimum de standards sociaux au niveau européen tels qu’un salaire minimum et des conditions de travail décentes pour tous. D’une autre côté, le PFE ne mentionne pas les sujets des stages ou des apprentissages et ils ne répondent pas non plus à la question de la discrimination au travail. Finalement, il n’y a pas d’objectif fixé concernant la qualité de l’emploi ni de propositions concrètes dans cette direction.

 

Project DescriptionGet InvolvedParticipantsThe Debate